Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Concernant l’arrêt rendu contre des militants de la Confédération paysanne

Communiqués de presse, publié le 20 décembre 2001, mis à jour le 17 janvier 2006

Dans la situation européenne actuelle où chaque citoyen s’interroge à propos des conséquences du productivisme agricole sur la santé publique : crise de la vache folle, épizootie de la fièvre aphteuse, cultures d’OGM..., la Cour d’appel de Montpellier a condamné José Bové, le 20 Décembre 2001, à 6 mois ferme d’emprisonnement, avec deux autres syndicalistes, dans l’affaire de la destruction des plants expérimentaux d’OGM du CIRAD.

José Bové va donc être incarcéré, d’autant que cette peine révoque les sursis antérieurs (8 mois), alors que les membres de la F.N.S.E.A. peuvent saccager à loisir le bureau de la ministre de l’environnement sans être inquiétés. La justice n’est donc pas en France la même pour tous.

Malgré l’impressionnante mobilisation de soutien à la Confédération paysanne à Millau et l’opposition de la majorité des consommateurs aux O.G.M., la justice se révèle inapte à répondre, autrement que par de lourdes sanctions pénales, aux questions essentielles posées par ces trois paysans concernant la santé publique et la survie des paysans du tiers-monde. Si des éprouvettes contenant du sang contaminé par le virus du sida avaient été détruites par des militants il y a 20 ans, cela n’aurait-il pas pas permis à des personnes transfusées d’éviter de mourir de cette terrible maladie ? pourtant, la justice aurait sans doute condamné ces militants à l’instar de ceux de la confédération paysanne, ne voyant que des faits pénaux dans des actes motivés par une résistance citoyenne à la loi d’airain du profit.

Le Syndicat de la magistrature s’insurge contre l’utilisation du système judiciaire aux fins de pénalisation de l’action syndicale, qu’il s’agisse de la Confédération paysanne ou du Syndicat de la magistrature, contre lequel le Ministre de l’intérieur a porté plainte à la suite du livre « vos papiers », informant de leurs droits les personnes objets de contrôle d’identité.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org