S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Paris, le 23 mars 2007

Garde à vue d’une directrice d’école maternelle : un nouveau pas est franchi dans la chasse aux sans-papiers

Communiqué

Communiqués de presse, publié le 26 mars 2007, mis à jour le 30 mars 2007

Décidément, la chasse aux sans-papiers paraît justifier, aux yeux du ministère de l’Intérieur, toutes les pratiques d’intimidation et de répression.

A l’occasion de l’interpellation mardi 19 mars d’un grand-père chinois sans-papiers aux alentours de l’école Rampal dans le 19ème arrondissement de Paris, des incidents sont survenus entre des parents d’élèves et des policiers, ces derniers ayant, selon des militants du RESF, fait usage de gaz lacrymogène, en présence d’enfants scolarisés. Lundi 18 mars, une interpellation d’une autre personne sans-papiers devant cette même école avait échoué. La personne interpellée mardi a été remise en liberté le lendemain.

Ce matin, la directrice de cette école maternelle a été placée en garde à vue pour « outrage et dégradations de bien public en réunion » et remise en liberté dans l’après-midi. Ceci relève à l’évidence d’une tentative d’intimidation intolérable à l’égard d’une enseignante qui, d’après plusieurs témoins, n’a fait que tenter de protéger ses élèves pendant les incidents de mardi.

Le Syndicat de la magistrature s’alarme de ces évènements qui révèlent une volonté politique manifeste d’accélérer et de durcir la chasse aux sans-papiers et de disqualifier et réprimer tous les citoyens qui s’y opposent pacifiquement. S’agissant de la garde à vue d’une enseignante, un nouveau pas est franchi vers l’atteinte aux fondements de la République.

Syndicat de la magistrature - Tél. : 01 48 05 47 88 - twitter : @Smagistrature
contact@syndicat-magistrature.org