S'abonner au site   - Accueil > Justice des mineurs
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

Documents, publié le 1er février 2019, mis à jour le 1er février 2019

10 réponses pour en finir avec les préjugés concernant la justice des mineurs !

4/ Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

FAUX. Par Véronique Blanchard, éducatrice à la Protection judiciaire de la Jeunesse, responsable du Centre d’exposition historique ‘Enfants en justice’, historienne. Co auteure avec David Niget de « Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles », Paris, Textuel, 201 6.

Les médias ces dernières années semblent être unanimes à montrer l’évolution explosive et dramatique de la violence et de la délinquance juvéniles féminines. Selon les observateurs, on assisterait là, au mieux, à un effet logique de la fin de la différence des sexes, au pire, à une crise morale si profonde que même les filles deviendraient des sauvageonnes.
En regardant les statistiques de manière diachronique, c’est à dire dans le temps long on observe en fait que les femmes et les filles sont ultra minoritaires dans les statistiques de la délinquance.
Pour les mineures cela oscillent entre 1 0 % et 1 5 % des poursuites, et moins de 2% pour l’incarcération et ce de manière fort stable. Ces chiffres attestent davantage des inflexions des politiques pénales que de l’évolution des illégalismes réellement commis. L’annonce des chiffres de la délinquance féminine juvénile depuis 201 0 témoigne surtout d’un emballement médiatique qui confine à la « panique morale ». En réalité, la violence des filles fait régulièrement événement dans l’histoire ce qui prouve qu’elle a toujours existé – elle est alors perçue comme une nouvelle menace. L’émotion que suscite son surgissement est à la hauteur de son invisibilité sociale, laquelle est avant tout la conséquence d’une domination politique. Reconnaître aux filles la possibilité de se comporter avec violence, ce serait aussi leur reconnaître un statut dans la cité.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org