S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

L’Europe tire sur la foule

Communiqués de presse, publié le 19 mai 2001, mis à jour le 9 janvier 2006

Sous prétexte de contenir quelques centaines de militants venus manifester violemment leur mécontentement lors du sommet européen de Göteborg, les policiers suédois leur ont tiré dessus à balles réelles.

Cet événement tragique n’est pas la conséquence du noyautage des manifestations antimondialisation par quelques casseurs, ou d’une insuffisance technique de la police suédoise, comme voudrait le faire croire une opinion quasi-unanime, mais l’aboutissement logique de la volonté des Etats occidentaux de traiter en criminels voire en terroristes tous ceux qui expriment une critique radicale de l’ultra-libéralisme, sans s’interroger sur les mobiles et le fondement politique de leurs actes.

A la suite de ce drame, il semble que les gouvernements de l’Union Européenne n’envisagent qu’une « amélioration » des dispositifs de maintien de l’ordre et de répression passant par « une attitude commune et dure contre cette nouvelle forme de criminalité extrémiste qui franchit les frontières. » L’idée qu’une opposition politique aussi déterminée peut appeler une réponse politique et la remise en cause des postulats libéraux de la mondialisation ne les effleure même pas tant il est commode de réduire toute contestation à un problème de maintien de l’ordre.

Si l’on peut valablement contester la légitimité ou la pertinence du recours à la violence, rien ne peut justifier que les détenteurs de la violence légale tuent des manifestants.

Le syndicat de la magistrature condamne avec la plus grande fermeté l’usage des armes à feu par la police suédoise.

Il invite les gouvernements de l’Union Européenne et les instances dirigeantes de l’Union à interpeller le gouvernement suédois sur ses pratiques policières inadmissibles.

Il s’oppose enfin au développement d’une coopération policière européenne tendant par un fichage sauvage des militants et des filtrages aux frontières à bunkeriser les instances dirigeantes internationales et à limiter les possibilités d’expression du mouvement social.

Syndicat de la magistrature - Tél. : 01 48 05 47 88 - twitter : @Smagistrature
contact@syndicat-magistrature.org