Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Paris, le 19 décembre 2008

La directive de la honte n’est pas conforme aux droits fondamentaux

Communiqué de l’Anafé, Association Nationale d’Assistance aux Frontières aux Frontières pour les Etrangers, à laquelle appartient le Syndicat de la magistrature, et d’autres associations partenaires

Communiqués de presse, publié le 19 décembre 2008, mis à jour le 19 décembre 2008

La directive retour - directive de la honte - votée par le Parlement européen le 18 juin, a été adoptée mardi 9 décembre, sans débat, en Conseil des ministres « Transports, télécommunications et énergie » de l’Union européenne (UE). Contrairement à ce qui a été indiqué à l’issue du Conseil, ce texte a une incidence sur le droit d’asile, il ne respecte pas les droits des personnes en situation irrégulière et il n’offre de disposition spéciale pour les personnes vulnérables. La mobilisation contre cette directive qui nie les principes humanistes fondamentaux de l’Europe doit se poursuivre.

Alors que des milliers de citoyens, d’ONG, de syndicats, d’Eglises, se sont mobilisés pour demander aux responsables européens de rejeter un texte qui banalise et généralise une politique d’internement et d’expulsion des migrants en Europe, alors que de nombreux Etats d’Amérique latine et d’Afrique ont exprimé avec force leurs refus de tolérer de telles pratiques à l’égard de leurs ressortissants, c’est à la veille du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme que la présidence française de l’UE a décidé de faire adopter formellement cette directive.

Nous demandons aux trois autorités compétentes, le président en exercice de l’UE - le président Sarkozy - le président de la Commission européenne et le président du Parlement européen, de saisir, comme ils en ont le pouvoir, la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) afin qu’elle examine la conformité de cette directive aux regards des engagements internationaux auxquels l’Europe et les Etats qui la composent se sont engagés, notamment en matière de respect des droits et libertés fondamentales.

Nous appelons tous nos partenaires des sociétés civiles, en Europe comme en Afrique ou en Amérique à se manifester d’urgence auprès de leur gouvernement et de leurs élus pour qu’ils appuient et encouragent cette démarche auprès de la CJCE afin d’obtenir le retrait de cette directive.

Signataires : CIRE (Belgique/Belgium), ANAFE (France), Statewatch (Royaume Uni/United Kingdom), IPAM (France), Association marocaine des droits de l’homme (Maroc/Morocco), ARCI (Italie/Italy), Association des travailleurs maghrébins de France (France), Asociación Pro-Derechos Humanos de Andalucía (Espagne/Spain), Ligue des droits de l’homme (Belgique/Belgique), Ligue des droits de l’homme (France), GISTI (France), Cimade (France), Migreurop

Press contact
Julie Chansel 00 33 6 82 2 4 03 47 julie.chansel@cimade.org
Migreurop : +33 1 53 27 87 81 / contact@migreurop.org

Let’s demand the withdrawal of the outrageous directive !

The returns Directive – outrageous Directive - voted by the European Parliament on 18 June, was adopted on Tuesday 9 December, without discussion, in the « Transport, telecommunications and energy » Council of Ministers of the European Union (EU). Contrary to what has been reported on the matter by the Council, this text affects the right of asylum, it does not respect the rights of people in an irregular situation and it does not offer special provisions for vulnerable people. The mobilisation against this Directive that denies the humanist fundamental principles of Europe must continue.

Now that thousands of citizens, ONGs, trade unions and churches have mobilised to call upon European authorities to reject a text that trivialises and generalises a policy of detention and expulsion of migrants in Europe, and while numerous states from Latin America and Africa have forcefully expressed their refusal to tolerate such practices towards their nationals, it is on the eve of the 60th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights that the French Presidency of the EU has decided that this Directive be formally adopted.

We call upon the three competent authorities, the incumbent president of the EU – president Sarkozy –, the president of the European Commission and the president of the European Parliament, to seize the Court of Justice of the European Communities (CJEC), as they have the power to do so, in order for it to examine whether this Directive complies with international engagements to which Europe and the states that compose it have committed, particularly in the field of the respect for human rights and fundamental freedoms.

We call upon all our partners in civil society, in Europe as well as Africa or America, to urgently appeal to their government and their elected authorities to support and encourage this action before the CJEC so as to achieve the withdrawal of this Directive.

Signataires : CIRE (Belgique/Belgium), ANAFE (France), Statewatch (Royaume Uni/United Kingdom), IPAM (France), Association marocaine des droits de l’homme (Maroc/Morocco), ARCI (Italie/Italy), Association des travailleurs maghrébins de France (France), Asociación Pro-Derechos Humanos de Andalucía (Espagne/Spain), Ligue des droits de l’homme (Belgique/Belgique), Ligue des droits de l’homme (France), GISTI (France), Cimade (France), Migreurop

Press contact
Julie Chansel 00 33 6 82 2 4 03 47 julie.chansel@cimade.org
Migreurop : +33 1 53 27 87 81 / contact@migreurop.org

La directive de la honte n’est pas conforme aux droits fondamentaux Exigeons son retrait !

http://www.migreurop.org/article1336.html

¡La directiva de la Vergüenza no respecta los derechos fondamentales. Exijamos que se retire !

http://www.migreurop.org/article1340.html

Let’s demand the withdrawal of the outrageous directive !

http://www.migreurop.org/article1339.html

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org