S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Quand M. Falcone entend le mot culture, il range son révolver à L’Unesco

Communiqués de presse, publié le 25 septembre 2003, mis à jour le 14 juin 2006

M Falcone a été mis en examen, il y a 4 ans, pour trafic d’ armes au profit du régime angolais ; ce dossier, comme celui de l’affaire Elf, est emblématique de l’ action mafieuse des réseaux politiques et économiques, survivant au colonialisme français, dénoncés par François-Xavier Verschave, dans son livre « Noir silence, qui arrêtera la françafrique ? ».

Cette affaire de trafic d’ armes, d’ un montant de 600 millions de dollars, concerne également de hautes personnalités françaises, ministre et préfet de droite, et fils d ancien président de gauche. Le juge d instruction, P. Courroye a d’ ailleurs été l’ objet de plusieurs tentatives de déstabilisations, relayées par les médias, dans ce dossier.

Faute de pouvoir arrêter les investigations du juge d’ instruction contre toutes ces importantes personnes par l’ invocation du secret défense, comme dans l affaire Elf, il ne restait plus qu’ une solution pour anéantir ce dossier gênant : faire bénéficier le principal mis en examen de l’ immunité quasi totale d un ministre d un état Etranger. Nommé ministre représentant de l’ Angola à l Unesco, M. Falcone n’ aura plus aucun compte à rendre à la justice française.

Il ne s’ agit plus d une justice à deux vitesses, qui condamne à de l’ emprisonnement ferme un voleur de téléphone portable et relaxe M. Trichet, ex gouverneur de la Banque de France, dans l affaire du Crédit Lyonnais. Il s agit d un retour à l ancien régime, où les courtisans du roi échappaient à tout procès ; car l impunité de M Falcone est totale en application de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ; le juge d instruction ne peut plus le convoquer, même pour une simple déposition, sans l’ accord du Ministre des Affaires Etrangères, et l’ immunité diplomatique interdit tout mesure de coercition (contrôle judiciaire), tout jugement et toute condamnation pénale.

L’ affaire Pinochet a démontré combien ce bouclier d immunité était efficace contre les velléités des juges britanniques et espagnols de poursuivre le pire des dictateurs.

Il est certain que les autres personnes soupçonnées dans cette affaire tireront des bénéfices collatéraux du blocage total de l instruction résultant de ce coup de baguette magique. Sur le plan pénal, l affaire est sérieusement compromise...

En revanche, l’ organisation diplomatique de l impunité judiciaire de M Falcone fera deux victimes :

  • L’ article 1 de la déclaration des droits de l homme de 1789, selon lequel les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit, devient lettre morte en France. Lorsque le principe d égalité de tous devant la loi est bafoué de façon aussi indécente, c est le fondement de la démocratie qui s effrite.
  • La justice sociale : Le montant du trafic d ’armes reproché à M Falcone est à peu près équivalent à l’économie (650 millions d’ euros) que va réaliser le gouvernement en réduisant le versement aux chômeurs de l’ allocation de solidarité spécifique et en condamnant des centaines de milliers de personnes au RMI.

Syndicat de la magistrature - Tél. : 01 48 05 47 88 - twitter : @Smagistrature
contact@syndicat-magistrature.org