S'abonner au site   - Accueil > Articles et tribunes
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Paris, le 12 juin 2008,

Réforme de l’ENM : Lettre ouverte à Monsieur le Premier Président de la Cour de cassation, président du conseil d’administration, de l’Ecole Nationale de la Magistrature

Tribunes, publié le 12 juin 2008, mis à jour le 12 juin 2008

Monsieur le Premier Président,

Auditeurs de Justice et Magistrats, nous souhaitons vous alerter au sujet de la tournure préoccupante prise par la réforme de l’Ecole Nationale de la Magistrature.

Le 8 avril 2008, lors du précédent Conseil d’administration de l’ENM, la direction de l’Ecole s’était engagée à formuler de nouvelles propositions sur la base d’une large concertation, manifestant ainsi sa volonté de tenir compte des critiques quasi-unanimes adressées au projet de réforme, et qui émanaient tant des auditeurs de justice, dont la mobilisation avait été particulièrement forte le 25 mars 2008, que des chargés de formation et des différents syndicats de magistrats, ainsi que d’autres membres du Conseil d’Administration.

Ces critiques portaient essentiellement sur trois aspects de la réforme : la mise en place de tests psychologiques lors des concours d’accès, le raccourcissement de la formation théorique et du stage juridictionnel au profit de la phase de spécialisation, et la fragilisation du rôle et du statut des chargés de formation à l’Ecole.

Ré-interprétant la nature et la portée des engagements pris devant vous, la direction de l’ENM a décidé de poursuivre sa réforme sur la base du projet initial, se contentant de préciser certaines de ses propositions sans tenir aucun compte des critiques émises.

Ainsi, le Conseil d’administration sera destinataire, le 17 juin prochain, des propositions de la commission chargée de la réforme des concours d’accès. Les divers protagonistes interrogés par cette commission ont fait part de leur grande inquiétude, relative notamment à l’introduction massive, dans la sélection des candidats, d’une « évaluation psychologique », dont ni le sérieux ni la fiabilité ne sont démontrés. Alors même que les membres de ladite commission ont témoigné leur accord avec certaines de ces critiques, le projet définitif ne porte trace d’aucune modification significative sur ce sujet fondamental.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une volonté manifeste de traiter par l’indifférence les critiques formulées, fut-ce de manière unanime et argumentée, à l’encontre de ce projet de réforme. Nous refusons d’assister impuissants à la destruction de ce qui fait la qualité d’une Ecole à laquelle nous sommes tous attachés. C’est la raison pour laquelle nous nous adressons à vous, Monsieur le Premier Président, afin de réaffirmer notre franche opposition à certains aspects essentiels de cette réforme de l’Ecole nationale de la magistrature. Nous ne doutons pas que, lors du prochain Conseil d’administration, vous aurez à cœur de rappeler à la direction de l’Ecole la nature des engagements pris et l’inciter à respecter des règles qu’elle a elle-même fixées.

Syndicat de la magistrature - Tél. : 01 48 05 47 88 - twitter : @Smagistrature
contact@syndicat-magistrature.org