S'abonner au site   - Accueil > Communiqués de presse
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Sur la mort du jeune Moussa

Communiqués de presse, publié le 12 janvier 2002, mis à jour le 17 janvier 2006

Le jeune Moussa a été abattu par un policier dans la nuit du 1 au 2 janvier 2002 au terme d’une course-poursuite de plus de 40 km et alors que le véhicule à bord duquel il se trouvait poursuivait sa course malgré l’injonction de s’arrêter signifiée par des policiers postés sur le périphérique.

Malgré les réquisitions du parquet, le policier présumé auteur des coups de feu mortels n’a pas été mis en examen par le juge d’instruction saisi de l’affaire.

Le SM rappelle que les policiers ne peuvent légalement faire usage de leurs armes que lorsqu’ils sont en état de légitime défense, c’est à dire lorsque cet usage est le seul moyen de préserver leur sécurité physique ou celle d’autrui.

Il pense que si un fonctionnaire a la possibilité de s’écarter de la trajectoire d’un véhicule, cette solution est préférable à un tir mortel, quand bien même le véhicule prendrait la fuite.

Il considère que le seul fait de refuser d’obtempérer à l’injonction de s’arrêter ne peut à lui seul justifier la mort du passager d’un véhicule.

Il estime qu’il appartient aux pouvoirs publics de mettre en oeuvre des moyens matériels susceptibles de stopper les véhicules sans porter atteinte à l’intégrité physique de leurs occupants, tels des herses ou de véritables barrages.

Il demande en conséquence que toute la lumière soit faite sur cette affaire dans l’intérêt de la vérité et de la justice.

Syndicat de la magistrature - Tél. : 01 48 05 47 88 - twitter : @Smagistrature
contact@syndicat-magistrature.org